•  

    Automne,

     

    Les champignons sont là. Hélas, les anciens bois de Quitteur n’en fourniront pas cette année. les engins forestiers sont passés pour dépresser les plantations beaucoup trop serrées.

    Pendant des dizaines d’année l’ONF, intéressé  aux travaux, a fait planter 2500 sujets à l’hectare ! Il a fallu les planter, entretenir  le cloisonnement et maintenant ils sont trop nombreux. Ayant poussé en diamètre, ils ne permettent même pas le passage d’un tracteur ! Une machine les enlève, ils sont payés un prix dérisoire ! Pas de biodiversité forestière dans ces peuplements d’origine non locale. A la fin dans cent ans il n’en restera qu’une centaine. Heureusement aujourd'hui on n'en plante que 1250 à l'hectare, c'est encore trop.

    Verbatim,

    Bientôt les élections, dans 5 mois, les bruits, les rumeurs, les fausses ou vraies informations vont bon train.

    A suivre...

    Du bon pour le SPANC,

     

     

     


  •  Du mieux grâce aux élus de Quitteur.

                    

    Monument rénové

    Le nettoyage du monument et son embellissement était nécessaire.

    Voilà une place de la liberté plus agréable et un témoignage de respect à ceux qui ont combattu pour la France et donné leur vie. Ce fut une grande souffrance pour les familles du clos qui attendirent avec angoisse des nouvelles de ceux du front. La lettre bleue était crainte et les attentes furent longues pour ceux que l’on ne retrouva pas. Honneur leur a été fait.

     

    Les caniveaux ont été  très bien nettoyés, le village parait plus propre. Sur la photo il y a moins de monde que sur la carte postale historique ! Les sédiments se déposent dans les exutoires qui empestent les bas du village et dont les odeurs ressortent jusque dans les maisons. Un début de désencombrement a été fait pour l’exutoire deux, c’est déjà bien, encore quelques m3 pour les 2 exutoires à enlever et un gros progrès sera fait en attendant des solutions générales ou mutualisées pour respecter les obligations du SPANC. Un jour arrivera où comme à Beaujeu une deuxième station de traitement éloignera les odeurs.

    Débouchés nauséabonds

    Pas de cris d’enfants dans la cour de l’école. Seulement de nombreuses allées et venues de cars dont les bruits de moteur ont remplacé les cris joyeux des élèves : il n’y a plus de classes à Quitteur dommage !

     

    Les semailles ont été faites. Après un début de mois de septembre radieux, vont revenir les orages et les pluies, la mélancolie de l’automne va s’installer. L’ouverture de la chasse animera le paysage. Les sangliers, trop nombreux, détruiront les récoltes.

     

     

    Voir le lien :  http://youtu.be/zpjfJ138vII

     

    Espérons que nous n’en arriverons pas là !

     

     


  • Trêve estivale avant d'évoquer encore l'assainissement et l'avenir

    Moissons

    Entre Quitteur et Beaujeu

     

    Midi,roi des étés,épandu sur la plaine
    Tombe en nappes d'argent des hauteurs du ciel bleu.
    Tout se tait.L'air flamboie et brûle sans haleine;
    La terre est assoupie en sa robe de feu.

    L'étendue est immense, et les champs n'ont point d'ombre,
    Et la source est tarie où buvaient les troupeaux;
    La lointaine forêt, dont la lisière est sombre,
    Dort là-bas, immobile, en un pesant repos.

     Seuls, les grands blés mûris, tels qu'une mer dorée,
    Se déroulent au loin, dédaigneux du sommeli;
    Pacifiques enfants de la terre sacrée,
    Ils épuisent sans peur la coupe du soleil.

     Parfois, comme un soupir de leur âme brûlante,
    Du sein des épis lourds qui murmurent entre eux,
    Une ondulation majestueuse et lente
    S'éveille, et va mourir à l'horizon poudreux.
    ......

    Leconte de Lisle

     

     

     

     


  • Fin de printemps pluvieux

    Les hirondelles qui étaient venues faire un petit tour sont reparties.

    Il pleut, il pleut.....

    Il y a eu un répit pour la cérémonie du 8 mai, toujours patriotiquement suivie par les élus et la population qui chante la Marseillaise a capella.

    Le monument a été ravalé et sortant de sa grisaille rappelle à notre souvenir ceux qui sont morts pour la nation.

    La pluie a fait déborder les fossés; les carpes en ont profité pour frayer dans les prés avec éclaboussements et clapots. C'était l'exubérance aquatique à la laie!

     

     

     

     

                    


  • Début de Printemps

    Le printemps est en retard, les vents froids dominent, la première hirondelle n’est pas encore là et les fleurs du prunier devant l’école ont du mal à éclore, les abeilles ne sont pas réveillées.

    Il n’y a pas de rubrique nécrologique sur ce site. Exceptionnellement, nous aurons une pensée pour ceux qui sont  disparus et, en particulier, tout récemment, la mémoire du village est partie emmenant avec elle un cortège de souvenirs, de sourires et d’amour.

     Et dans les souvenirs, voici une carte postale inédite de Beaujeu, trouvée sur un site Nord américain, par un fidèle internaute, sous le titre : « plowing fields farming horse wagon Beaujeu ». C’était avant la première guerre mondiale.

    Carte de Beaujeu en 1905

    Il y aura un printemps ...

    IMAGES DU TEMPS JADIS

    ... mais la rare gagée est revenue dans les sables !