• Le printemps est là ou presque,

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après un hiver pluvieux qui se termine par un grand froid, voilà le soleil. La bise souffle mais la lumière est là.Pour une première sortie, les abeilles vont chercher le pollen sur les noisetiers mais pour combien de temps encore, d'année en année les colonies meurent?

    La cardamine hirsute, petite  Brassicacée (ex crucifère),  l'avait annoncé, il y a 15 jours. Hé oui, cette petite cardamine est de la même famille que le chou, le radis ou le colza. Son rôle d'annonciateur des beaux jours est plus glorieux! De plus elle est riche en vitamine C. On l'appelle aussi cressonnette . Elle se consomme  en salade!

    La gagée des champs a aussi sorti ses pétales jaunes aux sables de Quitteur en même temps que la doucette aussi appelée mâche.Le vent y a couché des pins. Le conservatoire des espaces naturels comtois prépare un nouveau plan de gestion.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A Quitteur, l'humidité a peint en vert les trottoirs et le prunier sauvage, au coin de la rue des cannes et de la rue du pâtis, a sorti timidement ses premières fleurs gelées pour la moitié.

    Une prochaine mise à jour du site sera consacrée à la forêt de clos de Beaujeu.

    En attendant un avant gout:la commune de Beaujeu possède 2 coupes, au lieu-dit "les bois Perrin"sur la route de Corneux. Ces 2 coupes ont été plantées il y a bientôt 30 ans de  frênes très serrés qui, de toute façon, auraient été condamnés par la maladie Chalara Fraxinea.Il y avait là, avant, de très beaux frêne et de grands chênes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     A gauche le bourbier près de la route, à droite aspect du     dégagement. Cliquez sur ces photos pour les agrandir

     

    Le conseil municipal a décidé de tout couper et envisage de replanter des chênes. Observez la symétrie des coupes avec le lieu-dit" aux gros prés sur les Essarins". comme il y a  30 ans là  aussi il y avait  de gros chênes mais ils avaient germé ou été plantés avant la remontée de la Saône qui eu pour conséquence de rendre ces endroits très humides . Entre les 2 blocs, voyez un ancien bras de la Saône qui était cultivé. La terre devait y être riche car les parcelles ont y été très  divisées.Aujourd'hui, ces champs  sont  gorgés d'eau, les cultures y ont été abandonnées.

       

    Quand l'ingénieur Freyssinet a réorganisé les canaux de France , le niveau de la Saône a été relevé et toutes ces zones anciennement appelées "prairie basse" sont devenues impropres à la culture .L'évacuation de l'eau y devint très difficile.Cette zone est classée en Natura 2000 aujourd'hui.

    La commune semble intéressée à acheter les quelques douze hectares des parcelles "aux gros prés sur les Essarins" à gauche sur le plan. Il y aurait alors des gros travaux à faire de mise en état,  de récolte des tiges actuellement présentes: saules, aulnes, frênes malades, installées depuis près de 30 ans et surtout ensuite des coûts de restauration forestière. Mais avec quelles essences?

    Voilà d’importants frais à venir sur des terres à fort enjeu environnemental. Peut être y a-t- il des motifs autres que la sylviculture dans ce désir d'acquisition? Ci c'est le cas est-ce dans l’intérêt de tous? L'essentiel, serait alors que réussisse un projet qui engagerait pour 150 ans et pour lequel il n'y aura pas  à rendre compte! Voila une lourde responsabilité pour les conseillers municipaux.

    OPM other people money

     

     

     

     

     

     

     


  •    Pêle mêle fin janvier

     

    Quelques extraits du discours des vœux du maire de Beaujeu et de Madame le maire délégué de Quitteur le vendredi 12/01/2018

     

     

    Après avoir présenté ses vœux le maire a fait un récapitulatif des actions menées en 2017. On note les travaux sur la route d’Igny. il est prévu que des aménagements de voirie concerneront des trottoirs et des allées du cimetière . Il est envisagé l'acquisition d'un ancien local artisanal pour abriter les services techniques et le centre de première intervention (CPI). Un véhicule ne passait pas dans la porte de l’ancien local.

    Le maire a insisté sur la perte de compétences au profit de la communauté de communes ; cependant le conseil souhaiterait conserver la gestion de l'eau* et surtout la maitrise de l’école. Des travaux d’accessibilité y ont été engagés et une maison sise derrière l’école est nécessaire pour l’aménagement   d’accès aux niveaux supérieurs.

    La diminution de la DGF, dotation globale de fonctionnement, principale ressource de la commune, financement fourni par l’état en redistribution d’impôts ou taxe comme la TVA, oblige les communes à réduire ses dépenses. Il informe l’assistance que les taux des taxes locales, appelées les quatre vieilles, seront maintenues au même niveau qu’en 2017. Le maire a indiqué qu'il  arrivait que les conseils municipaux étaient parfois animés par suite de contradictions entre les membres. **

     

    Le nombre d’habitants du clos a diminué de plus de 80 habitants ; seulement huit naissances ont été enregistrées en 2017. Le maire attend le recensement imminent.

    Il laisse ensuite la parole au maire délégué de Quitteur qui a précisé son activité sur la gestion de la salle et des logements et présenté ses vœux à l’assemblée.

    *NDLR il s'agirait pour la gestion de l'eau d'une délégation à une société privée de la gestion de l'eau et sans doute des réseaux . Certaines communes estiment ne pas avoir la compétence technique pour gérer la qualité de l'eau. Notons que l'eau actuellement provient de la nappe phréatique proche du lit de la Saône. Beaucoup de communes ont interconnecté leurs réseaux pour plus de sécurité  de livraison et de qualité. Certains craignent une augmentation du prix par la mutualisation et la délégation.

    **On note cependant que toutes les décisions sont prises à l'unanimité!

    L'évolution démographique calculée

    La Haute-Saône perd 1842 habitants;Beaujeu St Vallier Pierrejus et Quitteur en 2015:1009,en 2018: 927 différence:82

    Les crues

                                                                 

     

     

     

     

             Crue du 07 01 2018

     

     

                                                                                        Crue du 22 01 2018

                                                                                        CP:HG

     

     

     

     

                                                                                    Et pour rêver

                                                                  une option passerait par Beaujeu!

    Est Républicain 15 12 2017

    Signes avant coureurs  du printemps

     Voici déjà les perce-neige et le vert cresson jadis réservé à des privilégiés. Source de vitamine C, il apportait sa fraicheur aux menus hivernaux. Pour se développer il lui faut une eau pure,il se cache dans des endroits discrets de la forêt de Bellevaivre.


  •  

     

    En attendant qu'elles reviennent

    Bonne année

    et comme petites étrennes une évocation de l'histoire de Beaujeu:

    cliquez sur ce lien ,touche droite et sélectionnez ouvrir dans une nouvelle fenêtre:

     

     https://books.google.ca/books?id=-8YBAAAAYAAJ&pg=PA245&lpg=PA245&dq=nouveau+chateau+de+beaujeu+haute+saône&source=bl&ots=cR4YYrwqpe&sig=zEryj1srn5emyXHNu2NNwewGgrE&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiJ17K34tzUAhVryoMKHXObAjMQ6AEIPzAE#v=onepage&q=nouveau%20chateau%20de%20beaujeu%20haute%20saône&f=false

    et en plus:

     

    quitteur années 40

     

    Quitteur années 40 cliquez sur l'image.

     

     

     

     

     

     


  •   La roue tourne et le changement se profile 

    cliquez sur les images pour les agrandir

     

     

                                                        

     

    Enfin le conseil municipal s'intéresse au chauffage au bois ! Peut-être bientôt une chaufferie collective , à bois, dans le clos de Beaujeu.

    L'ancienne municipalité en avait rejeté l'idée et même l'étude gratuite d’opportunité .Dommage car à cette époque le prix des énergies fossiles était au plus haut.Heureusement des blocages se défont, la roue tourne et l'idée revient. Il y a près de 1000 chaufferies en Bourgogne- Franche-Comté. La forêt de Beaujeu peut très largement fournir les plaquettes nécessaires . Un peu moins de  bois pourrira alors dans nos forêts dont plus de cent hectares sont abandonnés et en état de forêts de conservation qui ne coûtent rien à la collectivité nationale.Il y a de la ressource 700 000 t par an en Haute Saône sans toucher au capital. Que deviendront tous ces frênes qui tombent partout malades de Chalarose. Avec retard Le clos de Beaujeu s'inscrira dans la gestion durable. 

    Ceci nous amènera à rafraichir dans  la prochaine mise à jour un texte de fiction à l’horizon  2018  en forme de prédiction écrit et publié dans ce site en août 2009 .

    En attendant Quitteur se réveille sous une légère neige de froide journée de fin d'automne

     

     

    Quitteur une matinée froide de fin d'automne

     

                Là bas ,au fond des bois,la tronçonneuse est silencieuse, adieu l'ami.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  •  

    Mélancolie d'automne
     
    Cliquez sur les images pour les agrandir
     
     
    monument QuitteurLes monuments aux morts
    A gauche le monument de Quitteur à droite en bas cérémonie à Beaujeu
     
     
     

    Monument Beaujeu

                                                       Joueurs de rugby dans l'assistance à Quitteur

     

     

    les autorités à Quitteur

     

     

    cimetiere Beaujeu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les cimetières, comme les arbres, se parent de couleurs comme pour repousser la mélancolie des jours à venir.

    L'érable flamboie.

    "Mes arbres sont en or, ce soir de fin novembre,

    En corail, en topaze, en ocre, en ambre.

    Mais l'or domine à leurs rameaux glorifiés,

    A qui fera plus d'or ils se sont déifiés." ...Jean Rameau

     

    La lisière de l'endroit où jadis se fabriquait la chaux, sur la côte de Quitteur, maintient encore le vert de l'été. Bientôt ne resteront que les ramures sans feuilles. Un sanglier rôde dans la nuit dans les blés récemment semés.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Puis  la lune monte sur la plaine et se reflète dans la Laie, l'ancien bras de la Saône.

     

     

    Le lendemain à l'aube le renard cherche de quoi manger pour faire ses provisions d'hiver.

     

    renard à l'aube