• Travaux à Saint-Vallier

    Attention vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus.

     

     

    Lors qu’avant que la Saône ne fut rendue navigable, les ruisseaux de la forêt de Bellevaivre s'écoulaient dans un réseau de mouilles reliées entre elles. Ce réseau se déversait du côté de Rigny .

    Quand au milieu du 19 e siècle, l'ingénieur Freyssinet réalisa le réseau de canaux dans toute la France, le niveau du bief Vereux- Rigny  remonta. Les gens d'alors constatèrent probablement  que les mouilles dont on voit bien les traces aujourd'hui aux Bois Perrin aux gros pres sur la route

    Travaux à Saint-Vallier le nouveau seuil

    ou encore au bas de Saint Vallier ne débouchaient pas sur la Saône et s'envasèrent , rendant la prairie très humide.

    Il fut décidé de relier directement le fossé venant de Moribeaux sur les Ray chênes dit La ray du bief et le ruisseau de l'étang Pothelet. Malheureusement, on s’aperçut que le débouché en Saône était impossible et la prairie basse de plus en plus humide. Les ruisseaux arrivaient perpendiculairement dans la Saône.

    Dans les années 60, sous le mandat du maire Monsieur Montillot, il fut décidé de créer le fossé des eaux blanches qui se déverse plus bas dans le bief Rigny-Gray .

    Travaux à Saint-Vallier

    La ray du bief ne fonctionnait pas: la différence de niveau, 2 ou 3 dizaines de cm ne permettait pas et ne permettra pas l'écoulement direct en Saône. La perte de charge du fossé est sans doute supérieure à 20 cm. les vents dominants poussent l'eau de la Saône dans le fossé. Quand la température de la Saône est plus basse , ce qui est le cas très souvent, il y a subduction et l'eau de la Saône rentre dans le fossé.Les turbulences de l'eau de la Saône au niveau du pont du halage perturbent l'écoulement laminaire et à raison d'une dénivellation de seulement 1 mm/m au mieux, les sédiments se déposeront comme en témoignent ceux trouvés dans le fossé et il est probable que les travaux n'auront servi à rien. Même phénomène pour le fossé de l'étang PTravaux à Saint-Vallierothelet.

    Il aurait mieux valu pour évacuer les eaux installer une pompe avec une éolienne que de curer le fossé artificiel de la ray du bief qui n'a jamais bien fonctionné et construire un curieux pont sur le fossé.

    Les contraintes écologiques sur le fossé des eaux blanches empêchent son curage et conduisent à la création artificielle d'une zone humide l'eau s'y écoule moins bien que lors de sa création. Les travaux actuels ne régleront rien. Il eu fallu faire une étude complète incluant la dynamique des écoulements et non une étude simple  de niveau .

     

                                                     Les sédiments

    confluence  au halage

     

    Dernière heure

    Les travaux sont finis, le début du fossé de jonction contient de l'eau mais qui s'écoule très difficilement plus loin, dans un amas de roseaux qui colonisera ce début de fossé. Au passage du pont, seul un mince filet d'eau rejoint difficilement la Saône mais ce filet est du à la remontée du fossé  des eaux blanches d'une vingtaine de centimètres à cause d'un barrage sur ce fossé.Ce barrage est-il provisoire ou définitif?

     

    Travaux à Saint-Vallier

    Dans tous les cas, le niveau en amont a été remonté de 20cm alors qu'il aurait du être abaissé!De plus, si ce barrage est supprimé, l'eau ne s'écoulera plus dans le fossé nouvellement refait. Les travaux n’auront servi à rien. IL aurait mieux valu consulter les archives avant.

     

    Travaux à Saint-Vallier

     

     

     

     

     

     

      

     

     

    Ci-dessus le barrage qui remonte le niveau de 20cm!

     

     

    A droite, le tracé de la ray du bief, le jalon le plus bas indique la position du barrage.Remarquez comme la confluence avec la Saône est perpendiculaire, ce qui engendre une difficulté de déversement. Le fossé barré conduit les eaux en bas du barrage de Rigny.

    En haut à droite, la station de phytoépuration.