•  

    Mélancolie d'automne
     
    Cliquez sur les images pour les agrandir
     
     
    monument QuitteurLes monuments aux morts
    A gauche le monument de Quitteur à droite en bas cérémonie à Beaujeu
     
     
     

    Monument Beaujeu

                                                       Joueurs de rugby dans l'assistance à Quitteur

     

     

    les autorités à Quitteur

     

     

    cimetiere Beaujeu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les cimetières, comme les arbres, se parent de couleurs comme pour repousser la mélancolie des jours à venir.

    L'érable flamboie.

    "Mes arbres sont en or, ce soir de fin novembre,

    En corail, en topaze, en ocre, en ambre.

    Mais l'or domine à leurs rameaux glorifiés,

    A qui fera plus d'or ils se sont déifiés." ...Jean Rameau

     

    La lisière de l'endroit où jadis se fabriquait la chaux, sur la côte de Quitteur, maintient encore le vert de l'été. Bientôt ne resteront que les ramures sans feuilles. Un sanglier rôde dans la nuit dans les blés récemment semés.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Puis  la lune monte sur la plaine et se reflète dans la Laie, l'ancien bras de la Saône.

     

     

    Le lendemain à l'aube le renard cherche de quoi manger pour faire ses provisions d'hiver.

     

    renard à l'aube

     

     

     


  • Fin de canicule et de sécheresse, voilà les crocus...

                                                                      Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

    Colchiques dans les prés, c'est presque la fin de l'été.

    Malgré la sécheresse des prairies, le crocus est prêt à annoncer l'automne. Les ruisseaux sont à sec sauf le ruisseau des Eaux Blanches qui conduit  toujours de l'eau en aval du barrage de Rigny. Ce ruisseau-fossé coule encore bien qu'une partie de ses eaux lui  ait été empruntée pour alimenter le fossé  de  La Ray du bief à sec en cette fin du mois d’août. Ce fossé dit des Eaux Blanches avait été  fait dans les années soixante pour assainir la prairie basse mais avec son débit aujourd'hui réduit par les curieux travaux de la Ray du Bief petit à petit il s'envasera. La grande salicaire violette  et le myosotis d'eau égaient son parcours.

    Ruiseau des Ray Chênes

     

     

     

    Et ce fut la fin de la canicule, avant les orages et les pluies  attendus pour arroser les semences et regarnir les prés où l'herbe y ressemble à celle  du Sahel . Les fossés de la prairie sont à sec, les sangliers s'y baugeaient et les poissons avaient péri.

    C'est la fin de l'été. Les crocus sont déjà en fleur et les mares sont à sec.

     

    crocus Ray du Bief

     

     

     

     

    bauge à sanglier

     

     

    AVISAtterrissement Et dans la nuit du 30 au 31 août de fortes pluies

    tombèrent...

     

     

    Dans leur départ vers l’Afrique les cigognes se sont restaurées et reposées aux "errénés sur les noues jean"

    contribution photographique T B


  • Pour ceux qui peuvent Bonnes vacances et bon courage pour les autreset merci à Eric pour la technicité.

    Alerte infos pour les intéressés par les sables  Alerte infos pour les intéressés par les sables Alerte infos

    pour voir aussi le corps de l'article passez par accueil; cliquez sur les images pour les agrandir

    De grosses machines sont venues dans les sables pour dépresser les résineux et supprimer les acacias ainsi nommés ici mais dont le vrai nom est celui de robinier du nom de Mr Robin qui l'introduit en France. Ces grosses machines enlevèrent, dans un travail très bien fait, conseillé par l'ONF,un arbre sur deux ,la lumière est revenue.

    Il semble que  les acacias aient été tous retirés tiges et racines.Les sables sont transfigurés et comme cultivés pour recevoir une nouvelle pelouse sèche.

    Évidemment ni Espace Naturel Comtois ni les archéologues ne peuvent être tenus responsables de la présence de ces arbres: les résineux avaient été plantés comme compensation maladroite par l'ancien exploitant de la carrière qui a retiré la couche de sable .La limite de la parcelle exploitée en carrière de sable est maintenant en forme de falaise identique à celles du passé. L'hirondelle des rivages va revenir!

     

    Quant aux acacias que personne n'a plantés, ils se sont développés probablement par graines, venant des grands acacias à l'origine inconnue  sur les  espaces découverts par les archéologues. Ceux-ci  mirent à jour une magnifique urne pleine de glands; à la surface quelques tessons de céramique  témoignent d'un occupation il y a quatre à Cinq mille ans

    Partant de racines enfouies, surgiront sans doute de nouveaux plants malgré un travail de défonçage bien mené par une entreprise très compétente..Voyez son travail et  les tas de  bois sur le chemin: résineux, houppiers et acacias.

     

    Le sud de la parcelle est à nu, rappelant partiellement les paysages d'autrefois. La faune est venue  visiter: les lièvres ont traversé, la huppe fasciée est venue picorer, un chevreuil est passé en bordure et la renarde, obstinément, a cherché sa tanière.Les insectes ,les petits rongeurs, les plantes... vont suivre

    Espérons que ces travaux de ce gros chantier permettront la remise en état du site qui tout doucement a été colonisé par les robiniers et par les ronces et que perdurera le résultat.


  • Quelques nouvelles de Quitteur

    Hameau du clos de Beaujeu Haute-Saône.

    cliquez sur les images pour les agrandir

     Au centre du village, la place du monument a été partiellement refaite.La vilaine pancarte qui indiquait " école- mairie" a été déposée heureusement le drapeau  flotte toujours sur ce bâtiment public.

    Pour l'endroit appelé" les sables", Espace Naturel Comtois a reçu un financement pour y effectuer des travaux. En ce lieu où les hommes vinrent s'installer il y a bientôt 6000 ans, la végétation arborée s'est emparée du paysage. Il y a 50 ans, ce lieu sur trois lieux dits:  "Pisseloup", "sur la Noue la Lance", "sur la  Laye" était comme une terre d'Afrique: entre les brins d' herbe, apparaissait le sable comme dans le Sahel sénégalais. ecole 2017 Des hirondelles des sables nichaient aux flancs des parois verticales des carrières de sable. Ce lieu avait quelque chose de particulier: pelouse sèche, aride qui détonnait au milieu de la verdure environnante; pour les gamins, c'était un terrain d'aventures.

     

    les sables années 50

     

    Cette terre était divisée en multiples parcelles qui, bien que très pauvres, mais avec un sol très filtrant,pouvaient être travaillées même par mauvais temps. Après la déprise agricole des années 1950, ces langues de terre furent abandonnées mais le sol entretenu par l'écobuage était maintenu en pelouse sèche, la photo ci-contre date des années cinquante.Le  feu détruisait les semis spontanés d'arbres. Puis, avec l'arrivée des archéologues  et d' Espace Naturel Comtois, petit à petit, l'espace s'est transformé en friches, en roncier , en forêt. Pour compenser les dégâts d'une carrière de sable, des résineux ont été plantés : pins et douglas.Trop serrés, ils végètent . Espace Naturel Comtois va en retirer 1 sur 2 et tenter d' éradiquer tous les robiniers (acacias) qui envahissent la partie sud.

     

     

     

    abeilles solitaire

     

    C'est pratiquement une opération de sauvetage de pelouse sèche mais si elle réussit l'entretien reste une interrogation. Le maintien de la gagée des prés est l'objectif emblématique de cette défense ultime contre l'envahissement des arbres. Curieusement, cette gagée pousse dans le maïs de culture de l'ACCA comme si elle faisait un pied de nez à la nature cependant l'interdiction d'engrais,de pesticide et de la pratique de la jachère, amène les chasseurs à s'interroger sur l'intérêt pour eux de cette culture à gibier.

    De gros engins vont abattre les arbres, arracher les racines, broyer les rémanents,  dans une tentative désespérée d'empêcher la colonisation des espèces arborées.

     

     

    coté Vaivre d'autet la cote des vieilles SaôneLa Cote au Moulin Neuf

    Le long des Vieilles Saône la commune envisage de faire classer le versant en zone de protection totale en libre évolution sans intervention humaine. Dans les années 1850, depuis Ben Gouri , côté ferme Joyandet en passant par le Chalelar, la Combe aux boulets, la Barque, pour arriver au village de Quitteur, une canalisation d'environ 3 km y avait été enfouie pour conduire l'eau à Quitteur  à un lavoir au bas du village.

    Quelques pierres, des regards et des fragments de tuyau  vernissé témoignent encore de cet ouvrage,qui avait été construit dans une tentative opiniâtre et coûteuse d'amener  de l'eau saine au village.Cependant la pente trop faible et les pousses de racines ont du empêcher l'exploitation de cet ouvrage dont on retrouve les plans aux archives départementales.

    Le premier regard ,presque intact, laisse couler une eau rare. Au fond la vanne de départ semble attendre encore un fontainier pour la manœuvrer.

     

     

     

     

    premier regard de la canalisatio

    regard sous la neigeLa vanne de départ

     

    Voilà quelques évocations du présent et du passé! Pour la petite histoire d'un village qui, par petites touches, perd sa personnalité  et se noie dans le flou et l’uniformité générale malgré les efforts pour faire revivre le passé.

    .

     


  • Élections législatives 2017

    Clos de Beaujeu:

    Suite et fin .OUF ! Au boulot.

    2 ème tour 18 juin 2017

    Barbara  Bessot Ballot (REM): 51.37% ELUE

    Leonie Cugnot (FN) :            48.63%

     

    1er tour 11 juin 2017

       Ensemble du département :                  Clos de Beaujeu:

    Barbara  Bessot Ballot (EM): 28.58%                      27.04%

    Leonie Cugnot (FN) :            19.27%                     26.38%

    Marie Breton (Divers droits): 17.36%                       7.17%    tendance Chrétien

    Dimitri Doussot (LR):           12.46%                      20.85%    tendance Joyandet