• Bestiaire  d'automne 2019

    cliquez sur les photos pour les  agrandir

    Bientôt l'hiver va arriver avec les gels et la neige. Le ciel est triste et gris, les brumes sont là.

     

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg 

     

     

     

     

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg

    Près du village, voici maintenant les cerfs qui s'enfuient après avoir volé les pommes. Ils ont été introduits dans les années 60, importés des forêts présidentielles et se sont multipliés. Ils occasionnent de gros dégâts  dans les forêts, les vergers et les cultures. Le temps où les seigneurs soulageaient les paysans en venant à leur demande chasser les cerfs à cours est bien loin ! En quête de nourriture, ils sont à quelques centaines de mètres des villages. La biche  est surprise la nuit à tailler la vigne en mangeant les meilleures feuilles.

     

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg     http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg                                                                                   cliquez

    Les sangliers rôdent toujours en harde, eux aussi, en quête de nourriture en plaine car il n'y a pas eu de glands ni de faînes à cause d'une journée de gel au printemps puis de la canicule.

    Les chevreuils moins nombreux sont encore là, ils sentent sur le piquet les odeurs des autres animaux. Le renard atteint de gale sarcoptique perd ses poils, est triste à voir en traversant le champ de colza en courant.

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpghttp://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg

     

    Comme dans une fable de la Fontaine: le blaireau, la buse et l'écureuil....

     

     

    Bientôt viendra le solstice d'hiver avec ses vents, ses pluies et ses tempêtes, puis Noël qui illuminera les longues nuits d'hiver.

    http://ekladata.com/7B6qIYRbbafMr0B9rlvwIS1eibI@150x207.jpg

     

     A la fin du crépuscule le soleil, comme dans un dernier effort, semble écarter les sombres obscurités en signe d'adieu mais aussi de promesses de retour.

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Impressions d'automne

    cliquez pour agrandir les images

     

     

    abeilles assoifféesdouglas des sablesLa canicule fut si forte que les ruisseaux, les flaques, les mares séchèrent, même la rosée fut peu abondante et les abeilles durent boire directement au goulot de la fontaine de Beaujeu.

    Les douglas des sables de Quitteur fragilisés par la sécheresse furent aussi attaqués par les scolytes et sont  morts ou dépérissants.

    Voici venir  les petits matins frais, les frimas, les brumes sur la Saône, les pluies et bientôt la neige.

    Les cours d'eau et les nappes phréatiques sont à regarnir.

     

     

     

     

     

     

    En attendant, la nature est généreuse: les champignons, dans une terre chaude et humide, poussent, ici le rosé des prés, agaricus campestris. Les pommiers, si les fleurs de printemps n'ont pas gelé, donnent des pommes, malheureusement souvent véreuses. Imperturbables, les néfliers attendent les premiers gels pour prodiguer leurs fruits blets. Le châtaignier, semé il y a 3 ans par les corneilles, rongé par les souris, a fini de se développer et donnera ses fruits l'an prochain.

    Pour se mettre à l'unisson de la fête, l'églantier offre ses cynorhodons mais attention aux épines!

     

     

     

     

    les sangliers ou le blaireau ont croqué les noix.

     

     

     Les oiseaux migrateurs descendent à tire d'aile vers le Sud. Innombrables, les passereaux passent en vol saccadé; les pigeons d'ici ou les palombes de là-bas volent en groupes immenses, parfois de plusieurs milliers d'individus . Ils reviendront aux temps chauds.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans les Vosges saônoises,partout des taches d'épicéas bostrychés marquent le paysage. A Quitteur, Madame le Maire a fait couper l'épicéa de la place de la Liberté. Dans nos forêts,les hêtres sont aussi malades. Mais la tour tutélaire veille sur le clos.

     

     


  •  

    L'arbre de la liberté.

     

    l'arbre de la liberté.

    A l'occasion du bicentenaire de la révolution de 1789, le maire de Quitteur, M. Alain Maguet plantait en 1989 un épicéa " Picea Abies", à quelques mètres du monument aux morts. Dans un récipient en verre, hermétiquement fermé fut déposé un document mentionnant l'évènement et revêtu des signatures de tous les habitants de Quitteur. Ainsi fut observé le décret de la convention nationale du 3 pluviôse An II demandant qu'un arbre de la liberté mort ou disparu  soit remplacé. Ce décret a été confirmé par un arrêté du 29 fructidor An IV. Conformément à l'arrêté  du directoire exécutif du 26 pluviôse An VI, une fête fut  célébrée à la suite de la plantation de cet épicéa. Cette fête animée par de nombreuses scènettes fut organisée par l'association des amis de Quitteur et attira beaucoup de monde.  Hélas, cet arbre, cet épicéa, est très sensible à l'attaque d'un scolyte,petit coléoptère, qui dévore la partie vivante sous l'écorce , le cambium, où passent les sèves montantes et descendantes. Aggravé par les canicules, ce phénomène conduit au dépérissement complet de l'arbre.Ce scolyte ravageur de l’épicéa porte le nom de bostryche typographe - Ips Typographus -. Selon d'autres sources, cet épicéa aurait pris le relais en attendant qu'un nouvel érable soit planté à l'automne, le premier n'ayant pas pris racine. L'histoire retiendra que symboliquement c'est l'érable qui sera l'arbre de la liberté.

     

     cliquez sur les images pour les agrandir

    l'arbre de la liberté.

    l'arbre de la liberté.

     

    à gauche, trois scolytes adultes au milieu des déjections de leurs larves et prêts à s'envoler..

     

     

     

    à droite, leurs effets sur les épicéas de la Maladière comme sur tous les épicéas de Quitteur et d'ailleurs.

     

     

     

     

     

    l'arbre de la liberté.

     

    Notons qu'en Haute Saône, surtout dans les Vosges Saônoises au nord , il y a près de 3 millions de m3 de ces épicéas que certains appellent sapins, nom qui devrait être réservé au sapin pectiné "Abies Alba" ou sapin noir des Vosges.   Celui-ci épargné par le scolyte subit malgré tout,un stress hydrique et peut être atteint. L'insecte de quelques millimètres de long vit dans un état larvaire puis devient insecte parfait avant de décoller pour aller attaquer d'autres arbres et laisser  leur ancien hôte tel un squelette au branches sèches sans aiguilles. Cet arbre mort va être abattu sous la diligence de Madame le Maire.

    Après la disparition de l'orme et bientôt celle du frêne, 1,3 millions de M3 dans notre département et très présent dans le clos de Beaujeu, voici un autre arbre qui  s'efface de notre paysage.

    Cet arbre sera t'il remplacé comme cela se faisait dans la tradition par un chêne, un tilleul  ou un peuplier? Sinon disparaitra  le symbole de la tradition républicaine et de la cohésion nationale , l'arbre de la liberté , qu'il représente.

     

     


  •  

    Été 2019

    cliquez sur les images pour les agrandir

     

    Voici  venir le temps des vacances pour ceux qui peuvent en prendre mais le temps des moissons et des labours pour les autres.

    Après une forte canicule qui a brulé les prés et tari le nectar des fleurs, quelques faibles ondées ont arrosé le paysage. Dans les prés grillés comme au sahel les bovins broutent une herbe rare et sèche. Les abeilles,pattes arrière tendues, ventilent la ruche pour en abaisser la température. C'est la vie qui va.

     

    Repos estival et imagesRepos estival et images

     

     

     

     


              Repos estival et images

     cliquez pour agrandir les images

                                                   

     

    A la rentrée, les préparatifs des élections municipales commenceront à occuper les esprits et reviendront alors les sujets de préoccupations comme  le SPANC, de curieux investissements fonciers ou des travaux sans utilité.

    En attendant place à un florilège sur les abeilles en essaimage puis dans des endroits qu'elles ont choisis comme ruche et enfin en quête de nectar de potimarron !

     

    Repos estival et images Repos estival et imagesessaim à plat

     

    Repos estival et images

    Repos estival et images

     

     à gauche essaim logé dans le mur d'une église, dans la loge d'une ancienne poutre,à droite dans un tonneau en plastique (rarissime) en bas une abeille butinant dans l'or d'une fleur de cucurbitacée

     

     

     

    cliquez encore sur les images !

     

    Repos estival et images


  •  

    La misère de la voirie forestière

    cliquez sur les images c'est beaucoup plus réaliste

    Cet article fait suite à un sujet général consacré à la forêt du clos de Beaujeu page 58 des anciennes actualités repris ci-dessous à la fin de cet article.

    La forêt privée du clos de Beaujeu couvre 556 ha. Elle produit tous les ans environ 3000 tonnes de bois dont moins d'un tiers est exploité, le reste s'accumule et finit par pourrir. IL y a plusieurs raisons: la plupart des propriétaires sont âgés et ne sont pas motivés,ignorent parfois qu'ils sont propriétaires, les accès sont très difficiles,la voirie forestière  est quasi  inexistante ou n'a pratiquement pas  été entretenue. Aujourd’hui les exploitations se font avec des moyens lourds que les chemins sans fondations ne peuvent les supporter

    Cependant, les chemins ruraux, la voirie du village sont entretenus par la collectivité car ils desservent les propriétés:maisons, jardins, commerces. La voirie forestière dessert 1182 parcelles dont d'ailleurs certaines appartiennent à la commune. Il serait justice que la commune, comme c'était le cas auparavant entretienne ces chemins à usage collectif.

     

    Le maire d'un précédent mandat a déclaré :"je ne ferai rien pour la forêt privée" mais aujourd'hui l'exploitation et le débardage sont très difficiles voire parfois impossibles. Il existe pourtant un schéma de desserte de la forêt de Bellevaivre et il y a des possibilités de subventions. Il y a un trentaine d'années, le chemin dit de Sauvigney qui dessert près de 200ha avait été créé par l'association syndicale et permet aujourd’hui d'exploiter entre autres, les frênes qui meurent de la Chalarose et s'écroulent.

     

     

    Récemment, le chemin de la Barbotière a été utilisé par des engins lourds et vous voyez dans la vidéo ci-dessus comment il a été dégradé sur près d'un kilomètre après des pluies de seulement  30mm. Deux cents hectares sont ainsi confisqués où il y a de très beaux arbres à récolter!

    Le chemin des Ray-Chênes heureusement a été rendu accessible après la réfection du pont  et permet de déverrouiller 100 ha ceci à l'initiative du maire actuel. De même deux débuts d'accessibilité ont-ils été faits récemment,dont l'un malheureusement dégradé faute un à aqueduc manquant.. A l'heure  où la  gestion durable qui conjugue l'économie, le social et l'environnement, il est impérieux de permettre la récolte de ces bois et d'avoir une réelle politique forestière. Deux  usines se construisent en France pour fabriquer de l'hydrogène à partir de la biomasse,donc du bois: l'une à Vitry le François, l'autre à Strasbourg pour alimenter les bus municipaux. La forêt ne peut pas rester qu'une réserve à sangliers au profit de quelques uns.

     

    voirie forestière  voirie forestièrevoirie forestière

            grumes de plusieurs tonnes                            chemin transformé en agrainoir et souille à sangliers

    voirie forestière

                                               bois énergie transporté par des porteurs lourds- voir dernière photo-

    Il y a une trentaine d'années le chemin dit de Sauvigney,  a été renforcé grâce au concours du  CRPF. Il sert aujourd'hui utilement à exploiter les bois malades qui s'écroulent mais ont encore une valeur marchande. Mais depuis rien n'a évolué dans le reste de la forêt. Le chemin dit de la voie d'Igny est très dégradé et prend l'allure de celui de la Barbotière.

    voirie forestière

    voirie forestièrevoirie forestière

     

     

     

     le chemin de Sauvigney

     

     

     

     abatteuse forestière

           Cette forêt de 556 ha est morcelée en 1282 parcelles pour 299 comptes de propriétés avec plus de 500 propriétaires, indivisaires ou usufruitiers.

     

    voirie forestière

     

     

     

    les anciennes actualités: la forêt du clos de Beaujeu .